image

Wangechi Mutu

Née en 1972, au Kenya 

Vit et travaille à New-York (États-Unis) et à Nairobi (Kenya) 

Originaire du Kenya, Wangechi Mutu finit sa scolarité au Pays de Galles et étudie aux États-Unis, où elle réside en alternance avec son pays natal.

Dans ses collages et aquarelles, règnes animal, végétal et humain s’entrelacent pour donner naissance à des créatures fantasmagoriques. Avec elles, Mutu invente une mythologie pour le temps présent, un Olympe post-colonial, écologiste et féministe. L’œuvre de Mutu a pour sujet principal le corps de la femme noire, objet de désir, de violence et lieu de projection des archétypes raciaux. Mais à travers lui, elle s’adresse à l’humanité. « Ma conviction personnelle, c’est que tous les humains savent en leur for intérieur que nos ancêtres étaient des Africains noirs », estime cette dernière.

Sélection bibliographique

Ballard, Thea, « Deep Explorer : Wangechi Mutu Dives into Aquatic Mythology », Modern Painters, vol. 26, n° 9, p. 56-61, octobre 2014, 6 p.

Bélisle, Josée. Wangechi Mutu [exposition, Musée d'art contemporain de Montréal, Montréal, du 2 février au 22 avril 2012], 2012.

Cash, Stephanie, « Wangechi Mutu : Terrible Beauty », Art in America, p. 120-129, mai 2010, 10 p.

Weck, Pierre de ; Friedhelm, Hütte ; Enwezor, Okwui... [et al.]. Wangechi Mutu : artist of the year 2010 ; my dirty little heaven ; [anlässlich der Ausstellung im Deutsche Guggenheim, Berlin, « Wangechi Mutu. My Dirty Little Heaven », 30. April bis 13. Juni 2010]. Ostfildern : Hatje Cantz, 2010. (Deutsche Bank art works).

Brielmaier, Isolde, « Wangechi Mutu : Re-Imagining the World », Parkett, n° 74, p. 6-9, septembre 2005, 4 p.

***   Ouvrages disponibles au Centre de Ressources   ***

Partager cet artiste